C’est à partir des textes de Sulpice Sévère, biographe contemporain de saint Martin, ainsi que de ceux d’autres historiens, comme Grégoire de Tours, que nous connaissons une partie de sa vie. 
Grand voyageur tout au long de sa vie, cet européen avant l’heure naquit en 316 en Pannonie, l’actuelle Hongrie, de parents païens. 
Élevé à Pavie, en Italie, où son père était militaire, il fut enrôlé dans l’armée romaine à quinze ans. En 337, en garnison à Amiens, en France, il partagea la moitié de son manteau pour la donner à un pauvre mourant de froid. 
Il eut alors la révélation de la foi et se convertit au christianisme. 
En 356, il quitta l’armée à Worms, en Allemagne.

Il se mit alors au service de saint Hilaire, évêque de Poitiers, en France, qui le forma. 
Parti retrouver ses parents en Pannonie, il convertit sa mère. 
Après un séjour à Milan, en Italie, il partit se réfugier sur l’île de Gallinaria, sur la côte ligure. 
Puis il revint en France rejoindre saint Hilaire. 
Installé comme ermite près de Poitiers, il fonda l’Abbaye de Ligugé, premier monastère d’Occident. 
Enlevé par les Tourangeaux qui en firent leur évêque le 4 juillet 371, il créa le monastère de Marmoutier, près de Tours, et fonda les premières églises rurales de la Gaule, tout en sillonnant une partie de l’Europe (Allemagne, Luxembourg, Suisse, Espagne...).  
Saint Martin mourut le 8 novembre 397 à Candes, et fut enterré le 11 novembre à Tours. 
Son souvenir est inscrit dans toute l’Europe depuis dix-sept siècles.

                                              Les trois chemins balisés en Touraine-Poitou

                                     Le Chemin de l'Évêque de Tours : Poitiers - Ligugé - Tours 
                                          Le Chemin de Trèves : Vendôme - Amboise - Tours
              Le Chemin de l'Été de la Saint Martin : Chinon - Candes-Saint-Martin - Langeais - Tours


               LA SNCF PARTENAIRE DU 1700EME ANNIVERSAIRE DE LA NAISSANCE DE SAINT MARTIN